Histoire du Musée

L'association La Mine et les Hommes

 

L’exploitation du charbon dans la région de Blanzy est attestée dès le 16ème siècle, mais il faut attendre la fin du 18ème siècle et la mise en service du Canal du Centre pour qu’elle prenne son véritable essor.

Catalogue 2012 des ouvrages édités par l'association

_JOS0023.jpg

De 1810 à 2000, ce sont plus de 200 millions de tonnes de charbon qui seront extraites dans le Bassin de Blanzy. Les derniers puits ont cessé leur activité en 1992, l'exploitation du charbon en carrière s'est terminée en 2000.

Le Musée de la Mine est le dernier témoin de l'activité minière souterraine aujourd'hui disparue.

En 1973, le Conseil Municipal de Blanzy approuve l'idée de la création d'un Musée de la Mine sur le territoire de la commune. En 1974, le carreau du puits Saint-Claude est retenu comme site du futur musée. En 1975 est créée l'association « La Mine et les Hommes », association de bénévoles fortement motivés, prêts aux tâches les plus diverses, et qui, à ce jour, ont fourni plus de 200 000 heures de travail.
Le Musée de la Mine quitte l'Ecomusée de la CUCM en novembre 1981. En 1982 est officiellement créé le « Musée de L'association La Mine et les Hommes ». Il est développé en collaboration avec les Houillères de Blanzy, la Ville de Blanzy et les principaux partenaires que sont l'Union Européenne, l'Etat (Direction Régionale des Affaires Culturelles, Musées de France) et la Région Bourgogne.

Le puits Saint-Claude n°1, en activité de 1857 à 1882, a été conservé jusqu'à moins 30 mètres ; il est équipé d'une cage et d'une benne. Le chevalement métallique, remonté sur ce puits en 1981, domine le carreau de ses 20 mètres de hauteur ; entourant le puits, un bâtiment de recette a été construit en 1999. Au sol, le circuit de roulage et de culbutage des berlines permet de comprendre l'activité d'un puits d'extraction. On compte sur le site plus de 600 mètres de voies ferrées étroites, une soixantaine de wagonnets, berlines et chariots divers, ainsi que 4 locomotives de mine. La voie normale accueille un locotracteur électrique, un wagon plate-forme et un wagon trémie dans lequel se déverserait le charbon remontant du puits.
La salle des machines, construite en 1877 et restaurée en 1982, a retrouvé son aspect et sa vocation d'origine. La machine d'extraction à vapeur date de 1885 (aujourd'hui, l'air comprimé a remplacé la vapeur). Dans cette salle sont également exposés différents modèles anciens de pompes d'épuisement, de moteurs électriques dont une machine Gramme de 1885…
La lampisterie abrite une collection de lampes qui permet de retracer l'histoire de l'éclairage individuel en usage au fond de la mine.
Le visiteur parcourt aussi plus de 200 mètres de galeries, de la traditionnelle galerie en bois à celle avec soutènement métallique. Les différents modes d'exploitation du charbon sont représentés, du pic Blanzy au marteau piqueur, sans oublier le soutènement marchant équipé du plateau-rabot, machine ultramoderne qui a été mise en service en 1982 et utilisée jusqu'à la fin de l'exploitation souterraine en 1992.
Le bâtiment principal, construit en 1987 dans le style des bureaux centraux de la Compagnie, présente dans une exposition la trame historique du Bassin Minier. Une projection vidéo permet de se familiariser avec les méthodes contemporaines de travail.
En tout, ce sont plus de 600 objets, outils, documents et machines relatifs à la mine qui sont exposés ; ce matériel est, pour la plupart, en parfait état de marche, et il est montré en fonctionnement plusieurs fois par an.